De ce fol pensé souvent remaynt

 

La poésie amoureuse dans le répertoire pour clavier 1360-1460

Julien FERRANDO (Clavicytherium)

 

 

image site1

De ce foul penser souvent remaynt, chanson du compositeur Pierre des Moulins, fut l’une
des œuvres les plus célèbres du XIVe et du début du XVe siècle. Les copies sont nombreuses et disséminées dans de nombreuses sources de cette période. Mais par-dessus tout de ce fol penser représente l’aboutissement d’une pratique en pleine essor : la réécriture en diminution pour le clavier d’une pièce vocale polyphonique célèbre. Cette pratique est de fait l’ancêtre des transcriptions qui fleuriront dans les répertoires pour clavier des XVIIe et XVIIIe siècles.

Les claviéristes de cette période (clavecinistes-organistes), eux-mêmes compositeurs,  sont souvent restés anonymes. Seul le grand Conrad Paumann, illustre organiste et théoricien bavarois apparaît officiellement et régulièrement dans les sources manuscrites.

Ces sources sont, soit des œuvres totalement consacrées au clavier tel que le codex Faenza, ou plus tardif le Buxheimer orgelbuch;  soit des livres de chant qui incluent des versions instrumentales tel que le Lochaimer liederbuch. Les œuvres sont fréquemment issues de grands artistes tels que Machaut, Pierre des Moulins, Binchois et Dufay.

La conception du répertoire pour clavier est par conséquent une nouvelle lecture de la polyphonie vocale, un unique témoignage d’une pratique à la fois virtuose, d’une grande inventivité et d’une grande finesse dans la ciselure des lignes mélodiques.

Nous proposons ainsi de voyager à travers les célèbres écoles pour clavier italienne et allemande et de partir à la découverte d’un instrument à clavier médiéval original : le Clavicythérium, instrument à cordes pincées en boyau à table verticale, permettant de fait de jouer sur deux timbres plausibles : le pincement de la corde par le clavier ou par les doigts.

image clavier