Les maîtres baroques italiens: Vivaldi, Monteverdi, Caccini

Benoit Dumon : Contre-ténor
Jean-Michel Robert : Guitare baroque, théorbe et luth sopranino
Julien Ferrando : Clavecin.

Des prémices baroques avec Caccini, au style flamboyant de Vivaldi, l’illustration des sentiments humains est l’élément central de l’expression artistique profane et sacrée. Le chant au service de cette expression met en valeur le texte ; accentuation et rhétorique deviennent
des outils de la musique autant que de la déclamation.
Nous avons choisi une série de pièces illustrant des sentiments variés, avec des formes qui présentent de nombreuses similitudes : chez Caccini et Monteverdi les récitatifs et arias sont en germe mais pas encore clairement identifiés, alors qu’ils deviendront systématiques chez Vivaldi ; arias qui annoncent le bel canto. A partir de la fin de la Renaissance, l’Italie crée une tradition vocale unique en Europe qui aboutira aux plus célèbres opéras du XIXè siècle.
Ce programme évoquera aussi la musique instrumentale, qui prend en particulier chez Vivaldi une identité propre, par l’invention de nouvelles formes et l’élaboration d’un style que tout le monde reconnait.

Programme :

Dolcissimo sospiro, Caccini
Tu ch’hai le penne, Amore, Caccini
Laudate dominum, Monteverdi
Si dolce e’l termento, Monteverdi
Pianto della Madonna, Monteverdi
Trio en sol min pour luth sopranino et clavecin, Vivaldi
Cantate Alla caccia dell alme e de cori, Vivaldi
Cantate Perfidissimo cor iniquio fato, Vivaldi